Féerie et idylles : des amours contrariées

Résumé : Récit idyllique et féerie semblent incompatibles dans le corpus idyllique ancien (XIIe-début du XIVe siècle). Cette incompatibilité se retrouve quand on examine le traitement de la féerie dans les récits tardifs (en particulier Charles de Hongrie, Eledus et Serene, Ponthus et Sidoine, Cleriadus et Meliadice) et elle est confirmée par le caractère déceptif des amorces idylliques dans le roman féerique Artus de Bretagne.
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes / Journal of Medieval and Humanistic Studies, Classiques Garnier, 2010, Le roman idyllique à la fin du Moyen Âge, pp.29-42. 〈10.4000/crm.12207〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-rennes2.archives-ouvertes.fr/hal-01591091
Contributeur : Laurence Leroux <>
Soumis le : jeudi 21 septembre 2017 - 14:07:11
Dernière modification le : mercredi 21 février 2018 - 16:40:17

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Christine Ferlampin-Acher. Féerie et idylles : des amours contrariées. Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes / Journal of Medieval and Humanistic Studies, Classiques Garnier, 2010, Le roman idyllique à la fin du Moyen Âge, pp.29-42. 〈10.4000/crm.12207〉. 〈hal-01591091〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

16