Le portrait photographique : Des « trivialités du visage » à la « ressemblance intime »

Résumé : L’important succès du portrait photographique, qui a connu ses premiers développements industriels dans les années 1850, a suscité des débats qui s’articulaient notamment autour de la faculté qu’on lui prêtait de restituer immanquablement la ressemblance du sujet. Le nouveau médium a ainsi conduit de nombreux critiques d’art à repenser, à questionner et à redéfinir la notion de ressemblance dans le portrait. S’appuyant sur la comparaison avec la peinture et la caricature, les écrits de cette période sur l’art et la photographie ont tenté de définir les critères et les degrés de la ressemblance ainsi que leur articulation aux critères du jugement esthétique. Ils ont ainsi contribué à remettre en cause les liens entre art et représentation.
Type de document :
Article dans une revue
Romantisme, Armand Colin, 2017, Juin (176), pp.36-46
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-rennes2.fr/hal-01626872
Contributeur : Laurence Leroux <>
Soumis le : mardi 31 octobre 2017 - 14:25:05
Dernière modification le : lundi 26 mars 2018 - 15:35:52

Identifiants

  • HAL Id : hal-01626872, version 1

Citation

Érika Wicky. Le portrait photographique : Des « trivialités du visage » à la « ressemblance intime ». Romantisme, Armand Colin, 2017, Juin (176), pp.36-46. 〈hal-01626872〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

51