La sémiologie des odeurs au xix siècle : du savoir médical à la norme sociale

Résumé : Si de nombreux médecins appuient encore au xviiie siècle leurs diagnostics sur les odeurs émanant de leurs patients, celles-ci disparaissent progressivement, chassées par le grand mouvement hygiéniste à l’oeuvre au xixe siècle, à l’issue duquel, désormais, c’est l’absence d’odeurs qui garantit non seulement le statut social du sujet, mais aussi sa bonne moralité. En observant l’instauration de normes qui jalonnent ce chemin entre le discours médical et le discours social, telles que celles de la désodorisation et des usages du parfum, il s’agit de faire apparaître l’évolution tout au long du siècle des conceptions et des interprétations de l’identité olfactive.
Type de document :
Article dans une revue
Etudes Françaises, Presse Universitaire de Montréal, 2013, 49 (3), 〈10.7202/1021206ar〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-rennes2.archives-ouvertes.fr/hal-01626995
Contributeur : Laurence Leroux <>
Soumis le : mardi 31 octobre 2017 - 15:44:43
Dernière modification le : mercredi 21 février 2018 - 16:40:17

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Jean-Alexandre Perras, Érika Wicky. La sémiologie des odeurs au xix siècle : du savoir médical à la norme sociale. Etudes Françaises, Presse Universitaire de Montréal, 2013, 49 (3), 〈10.7202/1021206ar〉. 〈hal-01626995〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

20