Courbet et la critique d’art : inconvenance des sujets et conventions picturales

Résumé : La littérature du XIXe siècle accorde beaucoup d’importance aux convenances. Si la bienséance impose à la vie en société leurs lois implacables, celles-ci ne sont en revanche que rarement établies de façon claire et supposent tout un appareil de nuances difficiles à saisir, propres à chaque groupe ou paradigme culturel. La définition du convenable et de l’inconvenant se déplace constamment et paraît toute relative : à quoi s’agit-il de convenir? Dès lors, à travers ces notions, la littérature interroge un rapport complexe à la norme et à la juste mesure, chaque écart cristallisant des enjeux sociaux, moraux, politiques, mais aussi esthétiques et poétiques. Car la parole et l’écriture sont le lieu de toutes les inconvenances; par elles, la littérature se voit et se dit elle-même, dans sa relation au groupe comme à la création.
Complete list of metadatas

https://hal.univ-rennes2.fr/hal-01629510
Contributor : Laurence Leroux <>
Submitted on : Monday, November 6, 2017 - 3:12:00 PM
Last modification on : Tuesday, October 2, 2018 - 5:16:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01629510, version 1

Citation

Érika Wicky. Courbet et la critique d’art : inconvenance des sujets et conventions picturales. Du convenable et de l'inconvenant : littérature française du XIXe siècle / sous la direction de Sophie Pelletier et Véronique Cnockaert, UQAM, Université du Québec à Montréal, 2015, 978-2-923907-39-0. ⟨hal-01629510⟩

Share

Metrics

Record views

46