Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Petit précis d'antipathie narratoriale Frank Wagner (Université Rennes 2)

Résumé : « C'est sur les sympathies et les antipathies que la raison a perdu ses droits. » (Christine de Suède, Mémoires). Antipasti La scène est en Bretagne, c'est-à-dire nulle part. Dans un amphithéâtre de l'université de Rennes, face à un auditoire étudiant qui ne lui témoigne pas l'attention escomptée, un professeur procède à cette vigoureuse mise en garde : « Méfiez-vous, parce que je suis non seulement profondément antipathique, mais aussi totalement paranoïaque. » L'histoire ne dit pas si cette précaution oratoire fut ou non suivie d'effets, mais en l'occurrence, peu importe. L'intérêt de la formule réside bien plutôt, d'une part dans le paradoxe qu'elle pose, d'autre part dans l'éclairage indirect qu'elle porte sur le caractère « antipathique » d'un individu donné. En effet, pour peu que mon estimable collègue ait usé des vertus perverses du double bind dans l'espoir de se dédouaner d'imputations déplaisantes, force est de lui faire observer que, si les paranoïaques ont parfois eux aussi des ennemis, il leur arrive également… d'être antipathiques. Et pour cause, dans la mesure où, paranoïa ou non, tel est notre lot commun : chacun d'entre nous est, malgré qu'il en ait, nécessairement antipathique aux yeux de X ou Y. Cette inéluctable fatalité, dont mieux vaut prendre conscience afin d'en moins souffrir, s'explique aisément par le caractère tout relatif de la notion en cause ; puisque dans son sens moderne et usuel, l'antipathie-antonyme de la sympathie-désigne un « sentiment irraisonné d'aversion, de répulsion d'une personne à l'égard d'une personne ou d'une chose 1 ». Il s'ensuit donc que le fait d'être antipathique ne procède pas d'une propriété sui generis de l'individu, mais d'une incompatibilité d'humeur(s), par essence relationnelle. Autrement dit, nul n'est antipathique per se, mais toujours pour autrui. Sans doute certaines façons d'être et plus généralement certaines valeurs sont-elles, plus que d'autres, susceptibles de provoquer un rejet viscéral et irraisonné, mais cela ne doit pas pour autant inciter à les hypostasier en contrevaleurs ou antivaleurs absolues. En vertu de la multiplicité des idiosyncrasies, ce qui attire la sympathie de l'un ne peut manquer de provoquer l'antipathie de l'autre. Outre l'indéniable subjectivité qui, en ces matières, préside au diagnostic, dès lors contingent, la question de l'antipathie a partie liée avec les émotions qui, selon la formule de Christine de Suède citée en épigraphe, dépossèderaient alors la raison de ses droits. 1 Trésor de la Langue Française Informatisé, entrée « Antipathie ».
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

Cited literature [12 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-rennes2.fr/hal-02462605
Contributor : Laurence Leroux <>
Submitted on : Friday, January 31, 2020 - 2:08:36 PM
Last modification on : Friday, February 7, 2020 - 1:46:55 AM
Document(s) archivé(s) le : Friday, May 1, 2020 - 2:46:15 PM

File

Petit-précis-dantipathie-narr...
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-02462605, version 1

Citation

Frank Wagner. Petit précis d'antipathie narratoriale Frank Wagner (Université Rennes 2). Journée d’étude « Les narrateurs antipathiques », Université de Reims Champagne-Ardenne, Mar 2017, Reims, France. ⟨hal-02462605⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

10