Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Entretien avec Jean Cléder, à propos de Petit éloge de la course cycliste

Résumé : À propos de Petit éloge de la course cycliste, Paris, Éditions François Bourin, 2018. Propos recueillis par Frank Wagner 1°) Frank Wagner : Qu'un universitaire spécialiste d'Éric Rohmer, de Marguerite Duras et des échanges plurivoques entre littérature et cinéma publie un éloge de la course cycliste, fût-il « petit », pourrait de prime abord paraître déconcertant-du moins pour qui souscrit à l'utopie d'un clair et rassurant partage disciplinaire. Toutefois, cette possible surprise est désamorcée dès l'introduction de votre ouvrage (« Aux origines d'une culture », p. 5 sq.), où vous abordez de front la question de la supposée hiérarchie des cultures « savante » et « populaire » (en l'occurrence, sportive ; plus précisément, cycliste). En guise d'entrée en matière, pourriez-vous en dire deux mots ? Jean Cléder : Dans ma formation, cette opposition que je ne me formulais pas comme telle (« populaire » vs « savant ») a été structurante-elle est plus évidente suivant cette équation : à la culture populaire (personnelle et choisie) s'opposait une culture savante (scolaire et subie). Question de haute politique-il faut obéir pour posséder. C'est d'enfance et de commencement qu'il s'agit là : me pencher sur ce matériau-le cyclisme et ses écritures-ne constitue pas un geste nostalgique de collectionneur. Il s'est agi plutôt de cerner l'exercice d'une liberté pour essayer de comprendre comment elle s'est construite, à travers une pratique sportive et ses prises en charge (textuelle, photographique, audio-visuelle, etc.). M'intéressent l'exigence et la délicatesse de cette culture sportive, qui est méprisée par les élites, alors que-ou parce que ?-elle implique un travail de soi sur soi extrêmement rigoureux : héritiers et rentiers du langage verbal ont du mal à comprendre que, impliquant le corps, les sports interdisent toute approximation. La pensée du corps n'est même pas concevable dans la culture traditionnelle : à la limite on va signaler comme un détail biographique amusant que tel ou tel homme de lettres prétendait mieux penser en marchant, et puis c'est tout... Ajoutons que le cyclisme fournit un spectacle gratuit : culturellement sa valeur distinctive est archi-nulle-au regard du théâtre ou de l'opéra... La valeur de l'attente est différente : les dividendes ne sont pas les mêmes pour le spectateur qui attend le passage des coureurs sur le bord de la route et pour l'amateur d'opéra qui fait la queue pendant des heures le jour de mise en vente des tickets. 2°) FW : Pour autant, au fil de votre ouvrage, plutôt que d'un pur et simple renversement hiérarchique, il semble que votre propos témoigne d'un refus de toute « ségrégation », et se fonde plutôt sur la fécondité des échanges (de nouveau) entre des domaines d'ordinaire a priori cloisonnés. Peut-on alors estimer que, si la culture sportive a été, dans votre formation, première, elle n'en a pas moins alimenté, et continue d'alimenter, votre rapport aux « arts officiels » (p. 129), et inversement ? JC : En effet ni dans un sens ni dans l'autres, il ne me viendrait à l'idée d'échanger une activité (les sports) contre une autre (les arts), ou une catégorie (le populaire) contre une autre (le légitime). Par ailleurs je me suis intéressé en même temps au sport et aux moyens d'écrire et montrer le sport. Et j'ai tout de suite accordé au geste sportif une attention d'ordre esthétique. Or j'étais forcé de m'en rendre compte, parce que cela me mettait dans une position disons impopulaire au moment des grandes courses : c'est pour des raisons de style que je souhaitais la victoire d'Eddy Merckx (coureur belge, et très mal vu en France) plutôt que celle de Bernard Thévenet (coureur français, poussé par tout un peuple comme on pouvait lire ou entendre).
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [11 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-rennes2.fr/hal-02462888
Contributor : Laurence Leroux <>
Submitted on : Friday, January 31, 2020 - 3:34:26 PM
Last modification on : Wednesday, February 5, 2020 - 1:32:12 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02462888, version 1

Citation

Frank Wagner, Jean Cléder. Entretien avec Jean Cléder, à propos de Petit éloge de la course cycliste. Fabula, Walter de Gruyter, 2019. ⟨hal-02462888⟩

Share

Metrics

Record views

30

Files downloads

3