Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Promenons-nous dans les bois : Quid de l'apport de l'étude dendro-archéologique des charpentes anciennes à l'histoire de l'environnement dans le Massif armoricain ?

Résumé : Les études scientifiques des sociétés médiévales et modernes du nord-ouest de la France montrent depuis plusieurs années la place prédominante du bois dans la construction et les charpentes fournissent de riches renseignements quant aux savoir-faire techniques de ces périodes. Pourtant, peu de ces travaux ont étudié le matériau en tant que tel alors que ces structures emploient de grandes quantités de bois d'oeuvre. À partir de l'approche archéologique de ces ouvrages, nous proposerons donc un aperçu de l'environnement boisé à l'époque médiévale dans le Massif armoricain. Notre étude s'appuie sur un corpus de plus de six cents charpentes de combles réparties entre la fin du XII e et la fin du XVII e siècle, en Bretagne et sur ses marges. Malheureusement, les sources écrites concernant les charpentes et les boisements anciens sont rares dans cette aire d'étude. Il faut donc faire appel, avec un regard critique, aux écrits de naturalistes, ingénieurs et architectes antérieurs au milieu du XIX e siècle sur la charpenterie. Leurs travaux sur la croissance des arbres et sur leurs caractéristiques dans la construction témoignent de l'état des connaissances scientifiques sur le sujet pour les périodes anciennes. De ce fait, nos propos se fondent principalement sur des observations archéologiques menées sur des structures encore en élévation, sans distinction d'appartenance. Elles couvrent aussi bien des édifices laïcs (château, manoir, ferme, maison) que cultuels (cathédrale, église, chapelle). Les modèles de charpente à chevrons formant fermes* et ceux à fermes et pannes* sont étudiés de manière conjointe. Une première partie abordera l'exploitation du bois d'oeuvre de l'arbre sur pied jusqu'à sa transformation par le charpentier. Un deuxième temps sera consacré à la présentation des dynamiques des ressources forestières et de ses représentations dans le Massif armoricain du XII e au XVII e siècle. De l'arbre à la charpente Le développement de l'archéologie du bâti en France depuis ces dix dernières années réduit progressivement le retard d'intérêt porté aux charpentes par rapport aux maçonneries. Nos connaissances sur le matériau qui les compose restent encore lacunaires sur plusieurs aspects. Bien souvent la dendrochronologie* n'est exploitée que pour connaître la date de l'édification du bâtiment ou celle d'une campagne de travaux. Pourtant, le principe même de cette science repose sur l'étude des variations dans la croissance des arbres. En croisant ces données avec les observations archéologiques il est possible de retracer plus ou moins précisément les étapes de la chaîne opératoire des charpentes. Leur identification nous renseigne alors sur la sélection et l'utilisation des arbres pour les besoins de la construction.
Complete list of metadatas

Cited literature [49 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-rennes2.fr/hal-02486015
Contributor : Laurence Leroux <>
Submitted on : Thursday, February 20, 2020 - 3:48:40 PM
Last modification on : Thursday, July 9, 2020 - 3:42:05 PM
Document(s) archivé(s) le : Thursday, May 21, 2020 - 3:39:26 PM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2020-08-20

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : hal-02486015, version 1

Citation

Corentin Olivier. Promenons-nous dans les bois : Quid de l'apport de l'étude dendro-archéologique des charpentes anciennes à l'histoire de l'environnement dans le Massif armoricain ?. Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, Presses Universitaires de Rennes, A paraître, 127 (1), 24 p. ⟨hal-02486015⟩

Share

Metrics

Record views

66